Viewing post categorized under: Maisons de santé



IPA en stage en MSP : une première expérience réussie en Hauts-de-France !

3 juin 2020 Maisons de santé

Bientôt deux ans déjà, depuis que les premiers décrets et arrêtés cadrant l’exercice de la pratique avancée infirmière (IPA) ont été publiés. Si nombre d’entre nous ont suivi l’avancée des négociations avec attention, il est aujourd’hui l’heure de nous lancer dans nos premières expériences ! Plusieurs cursus de formation ont déjà ouvert en France, et si dans les Hauts-de-France la première session n’a pas encore démarré (voir encart infra), une MSP de la région a déjà eu la chance d’accueillir son premier stagiaire !

François Duponchelle vit et exerce dans le Nord, mais étudie la pratique avancée infirmière à Angers. Pour son premier stage (deux fois 1 mois), la Maison de Santé de Landas lui a ouvert ses portes. Souhaitant en savoir plus sur cette première expérience régionale, la FEMAS Hauts-de-France s’est entretenue avec lui, ainsi qu’avec son tuteur de stage au sein de la MSP, le Dr Sylvain Duriez.

— (Ce témoignage a été recueilli avant la crise du covid) —

Mr Duponchelle, avant de parler de votre expérience à Landas, pouvez-vous nous dire ce qui vous a poussé à vous lancer dans cette formation à la pratique avancée ?

FD : Je travaille actuellement en CSAPA où je prends en charge des patients de manière autonome. Je réalise en ambulatoire des accompagnements au sevrage sur le tabac, le cannabis, l’alcool dans le cadre de protocoles. Je peux réaliser des ajustements thérapeutiques, prescrire des examens biologiques… j’accompagne ainsi mes patients à la fois sur les plans clinique et psychologique. Ce qui a motivé mon inscription en formation IPA, c’est le souhait d’aller encore plus loin dans ce processus : d’une part sur l’aspect théorique ; les sciences infirmières, la santé publique, l’analyse de pratiques… ; mais aussi sur le versant clinique avec la sémiologie, la pharmacologie, les sciences médicales…

Cette expérience universitaire me permet également de réfléchir à ma façon de prendre en soin, d’accompagner, à ma posture professionnelle. C’est un cheminement que je suis depuis plusieurs années, et j’attendais vraiment de pouvoir avancer, valoriser et développer de nouvelles compétences, me permettant d’être plus autonome.

Et vous Dr Duriez, qu’est-ce qui vous a poussé à accueillir Mr Duponchelle ?

SD : C’est lui qui est venu à nous (il a entendu dire qu’à Landas c’était bien… ce sont ses mots) ! En revanche je n’ai pas dit oui immédiatement, nous avons pris le temps de la réflexion avec l’équipe. Ce n’était pas forcément simple, nous n’avions pas de modèle sur lequel nous appuyer. Finalement on s’est dit que nous étions prêts, et même si nous avons dû improviser un peu pour construire son stage, nous sommes contents du déroulé que nous avons choisi. Si c’était à refaire, nous le referions sans hésiter !

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce déroulé ?

SD : Pour construire son stage, nous sommes repartis de sa formation, mais avec aussi l’idée que nous voulions qu’il découvre la vie au sein d’une maison de santé. Nous avons finalement retenu 4 axes.

Le 1er était un axe « démarche clinique », il assistait donc à mes consultations de médecine générale ou à celles du Dr Maitre-Jean. Cela lui a permis de suivre tout le déroulé, la réflexion d’une consultation de médecine générale, de comprendre l’interrogatoire, la façon dont on décide de telle ou telle prise en charge…

Le second axe était un axe ETP, au cours duquel il a assisté aux consultations de notre infirmière Asalée et vu comment mener un entretien motivationnel par exemple.

Le 3e axe concernait la coordination et la dynamique d’équipe en maison de santé. C’est notre coordinateur Gaël Boulanger qui l’a pris en charge sur ce sujet afin de lui en apprendre davantage sur la coordination et le métier de coordinateur, le lien avec les autres professionnels de santé, les réunions de concertation pluripro. C’était également l’occasion pour lui de découvrir comment monter un projet et des exemples d’actions que nous menons sur le terrain.

Enfin, le 4e axe était consacré aux liens de la maison de santé avec l’extérieur sur le territoire. Je l’ai donc emmené aux réunions de la Plateforme Territoriale d’Appui du Douaisis et à celles de notre CPTS. C’était la découverte des liens avec tous les acteurs qui gravitent autour de la maison de santé, que ce soient les MAIA, CLIC, la HAD, le réseau de santé… Il a découvert tout ce qui peut se passer à l’échelle d’un territoire en dehors de la MSP.

C’est le programme que nous souhaitions dérouler : 4 axes, 1 axe chaque jour pendant 4 semaines.

Et vous l’avez trouvé bien adapté ?

SD : Si jamais j’avais un autre stagiaire IPA, je pense que je reprendrais exactement le même modèle. Il répondait bien à la fois aux besoins du stagiaire IPA, et reflétait vraiment notre dynamique d’ensemble à la Maison de Santé. Je pense que nous lui avons fait découvrir de manière authentique ce que nous vivons en travaillant à Landas.

A côté de cela, je vois ce modèle avec une dimension militante. Au départ dans les premiers textes législatifs, nous n’étions pas sûrs qu’il y aurait des IPA en ambulatoire. Nous avons souhaité montrer ce qu’on voudrait qu’un IPA puisse faire en maison de santé. Nous voulions construire un modèle spécifique, adapté aux soins primaires, adapté à une maison de santé.

FD : De mon côté je ne savais pas trop à quoi m’attendre en arrivant, car j’ai exercé pendant près de 20 ans dans l’hospitalier… et j’ai découvert une richesse sur les territoires que je ne soupçonnais pas. Une richesse humaine mais aussi de réseaux, d’organisations où le patient est vraiment au cœur des dispositifs et des attentes.

En outre, j’ai beaucoup apprécié de travailler avec Valérie Moreau, l’infirmière Asalée, et Gaël Boulanger. La coordination, la gestion de projets… je me suis enrichi de différentes approches qui m’influencent aujourd’hui par exemple dans certaines présentations de dossiers à la faculté. J’ai également trouvé une profonde bienveillance au sein de cette équipe, j’ai senti que j’en faisais vraiment partie. Mon stage étant séquencé en deux temps, j’y retournerai au mois de mai et il me tarde de pouvoir continuer cette découverte.

Qu’est-ce qui est prévu pour la suite de ce stage ?

SD : Le fil conducteur de ce stage se résume en une question : « Comment intégrer un IPA au sein d’une dynamique pluriprofessionnelle en maison de santé ? ». Nous lui avons demandé de réfléchir à cette question et ce sera vraiment l’acte 2 de son stage : imaginer sa place au sein de l’équipe en le missionnant sur des actions concrètes de terrain, comme s’il appartenait à l’équipe. Ce n’est pas encore validé mais nous sommes en réflexion sur plusieurs axes.

Nous pensons par exemple à le mettre en autonomie sur des consultations dans le cadre de protocoles MAPA. Ensuite, en consultations de médecine générale nous pourrions faire un peu comme avec nos internes et le mettre en supervision directe sur des situations cliniques qui lui sont enseignées dans son cursus.

Il y a également tout un axe recherche chez les IPA. Nous aimerions faire le lien avec l’axe pluripro en travaillant sur un protocole de repérage de la dénutrition chez la personne âgée de plus de 75 ans à domicile. L’idée serait que lorsqu’un professionnel repère des éléments qui laissent penser à une situation problématique, François se rende au domicile de la personne et puisse prendre quelques mesures (aspect clinique), mais qu’il puisse aussi prendre le temps d’une vraie évaluation globale de la situation (proches aidants, niveau d’autonomie…). Ce travail se ferait en lien avec une thésarde à qui il pourra faire remonter des données, et avec Gaël Boulanger pour que la démarche puisse aussi s’inscrire au sein d’un protocole pluriprofessionnel pour la MSP.

Avec tout cela je pense qu’on devrait répondre à la question, en tous cas ce sont nos pistes à Landas.

Votre bilan est donc positif ? Recommanderiez-vous à une MSP ou à une CPTS d’accueillir un IPA ?

FD : Je suis ravi, même si c’est extrêmement fatiguant, chronophage, c’est d’une richesse difficilement définissable, je mesure pleinement ma chance d’avoir été accepté dans le master et de pouvoir vivre ces expériences. En seconde année nous devons effectuer un plus long stage durant 5 mois, j’ignore s’il est possible de refaire son stage au même endroit, mais j’aimerais beaucoup le refaire à la MSP de Landas.

Plus globalement pour les MSP ou les CPTS il y a tout à fait la place pour des IPA. Ils ne marcheront sur aucune platebande et ne seront en aucun cas des médecins au rabais. La chance de cette fonction d’IPA c’est qu’elle est polymorphe et qu’elle peut s’adapter à la fois à la personnalité de l’IPA mais aussi aux besoins du territoire. Il est possible d’avoir des IPA plutôt pro-cliniques à un endroit, parce qu’il y a une démographie médicale en souffrance. Ailleurs comme à Landas où il n’y a pas de déficit médical, l’arrivée d’un IPA peut permettre d’accentuer la coordination des soins chez certains patients, de consacrer un temps de recherche sur les protocoles du territoire…

SD : Bien sûr je conseille, je suis même prêt à reprendre un/e autre stagiaire parce que c’est très enrichissant. J’ai vraiment l’impression qu’on lui a apporté beaucoup mais lui nous apporte aussi beaucoup. L’accueillir nous permet de réfléchir, de revoir notre dynamique pluriprofessionnelle, d’avoir un regard différent, et d’intégrer des compétences que nous n’avons pas. C’est vraiment un plus pour faire différemment, pour aller plus loin dans la dynamique pluriprofessionnelle, notamment sur l’axe recherche et l’axe protocoles. Donc oui je recommande aux autres maisons de santé, et je me recommande aussi à moi-même d’en reprendre plus tard !

En CPTS, les IPA auront également toute leur place. Personnellement je ne fais pas trop de différence, MSP, CPTS c’est la même dynamique donc on peut imaginer que la CPTS sera aussi un terrain de stage bien sûr. D’ailleurs François fait déjà partie de la dynamique de notre CPTS, il a adhéré à l’Association Santé Pévèle du Douaisis qui la porte et s’est déjà positionné dans deux groupes de travail.

Une formation IPA arrive à Lille !

Inscriptions

Les inscriptions pour la formation des infimier·es de pratique avancée à Lille sont ouvertes jusqu’au 10 juillet 2020 ! Les inscriptions se font via e-candidat.univ-lille.fr Une VAPP sera possible pour passage direct en 2e année ou dispensation de certaines unités d’enseignements (renseignements auprès de Mme Marie-Laure Fourrier).

Volume des enseignements

Le volume des enseignements fixé s’élève à 340h de cours + 2 mois de stage en 1re année, et à 207h de cours + 4 mois de stage en seconde année. Plus d’informations et plaquette sur le site de la faculté Henri Warembourg.

Stages

Les stages cliniques seront réalisés :

  • En milieu hospitaliser : dans un premier temps au Centre Hospitalier Universitaire de Lille, au Centre Oscar Lambret (Centre régional de lutte contre le cancer de Lille) et dans les hôpitaux du Groupe Hospitalier de l’Institut Catholique de Lille. D’autres lieux de stages en dehors de ces établissements viendront s’ajouter ultérieurement.
  • En ville dans les Maisons de Santé Pluridisciplinaires (MSP). Sont envisagés des stages partagés (ville-hôpital). Le processus d’universitarisation des MSP accélèrera ce mécanisme d’encadrement et formation universitaire.
    • Les terrains de stage seront agréés par le doyen de la faculté, sur proposition du binôme responsable de la formation.
    • Un travail est actuellement mené pour définir des critères d’agrément de stages, des objectifs de stage et identifier les terrains de stage potentiels.

Actions de prévention covid – Les équipes de soins primaires répondent présentes

20 mai 2020 Maisons de santé, Prévention

Dans cette période de crise et d’inconnu, les équipes de soins primaires ont une nouvelle fois répondu présentes. Si elles ont été actives et réactives en matière d’organisation afin d’être préparées à l’accueil des patients, elles ont aussi su prendre leur place en matière de prévention. C’est ce qu’illustrent les deux exemples que nous présentons aujourd’hui.

Mercredi 13 mai, la MSP Faubourg Santé, le centre social Faubourg d’Esquerchin et l’école élémentaire Paul Painlevé de Douai se sont mobilisés sur les réseaux sociaux pour s’adresser à la population.

En vidéo en direct sur Facebook, Mme Saliha Grévin, coordinatrice de la MSP et pharmacienne, accompagnée de la Directrice de l’école, ont abordé la question sensible de la réouverture de l’établissement dans ce contexte de crise sanitaire. Comment s’est déroulée cette reprise ? Quelles mesures de prévention ont été mises en œuvre ? Comment les gestes barrière sont-ils expliqués aux enfants ? Quels outils ludiques utiliser ?

Les normes d’hygiène sanitaire, les gestes à adopter auprès des enfants ont ainsi pu être expliqués par Mme Grévin, informant et rassurant ainsi les parents. Elle a également remis à l’établissement différents outils leur permettant d’organiser des ateliers pratiques et ludiques avec les enfants.

Autre exemple sur le territoire de la CPTS Pévèle du Douaisis, où les professionnels n’ont pas chômé. Une trentaine de professionnels de santé ont organisé à partir du 4 mai et durant une semaine des permanences d’information et de sensibilisation aux abords des supermarchés. L’objectif, sensibiliser la population au bon port du masque et aux différents autres gestes barrières.

Depuis quelques jours, ils interviennent également dans les écoles du territoire où ils s’adonnent avec les enfants à différents ateliers ludiques et petits jeux sur le lavage des mains. Les professionnels tiennent aussi à accompagner les enseignants, à répondre à leurs inquiétudes et ainsi leur permettre de faire face à cette rentrée toute particulière. Dès le 25 mai, les professionnels de la CPTS rencontreront également les parents, sur le même principe qu’aux abords des supermarchés, afin de sensibiliser à l’intérêt du port du masque et à la manière de le porter.

De beaux exemples d’actions de prévention qui peuvent être mises en place par les équipes, face à un déconfinement qui doit indéniablement être accompagné. Les équipes de soins primaires, MSP comme CPTS continuent ici de démontrer leur pertinence et leur réactivité pour diffuser des messages de prévention et communiquer avec la population.

Supports atelier langage

Stimuler le développement du langage : une matinée dédiée à Douai !

29 janvier 2020 Maisons de santé, Prévention

Mercredi 22 janvier, la FEMAS Hauts-de-France s’est rendue à Douai ! C’est au centre social du Faubourg d’Esquerchin, à quelques minutes de la Maison de Santé Faubourg Santé, que se déroulait une matinée dédiée au développement du langage chez le jeune enfant.

Read more

Inauguration Merville

Merville (59) et Hucqueliers (62) inaugurent leurs Maisons de Santé

18 novembre 2019 Maisons de santé
Une nouvelle MSP dans la vallée de la Lys

Les Maisons de Santé continuent de pousser en Flandre Lys ! Mercredi 13 novembre, la FEMAS Hauts-de-France s’est rendue à Merville pour célébrer l’inauguration de la MSP le Colibri.

C’est une soirée qui s’est déroulée dans la bonne humeur mais surtout dans l’émotion ce mercredi. Le Dr Aicha Bihya, Médecin généraliste, mais aussi M. Vandemeulebroucke, Président de FonciFrance, Mr Joël Duyck, Maire de Merville, Mr Bruno Ficheux, Président de la CCFL, et Mr Olivier Rovere, Directeur Territorial du Nord à l’ARS Hauts-de-France ont tenu au cours de leurs discours à saluer la mémoire et à remercier chaleureusement le Dr Géry Afchain, disparu le mois dernier. C’est ce médecin de vocation, cet humaniste engagé apprécié de tous, qui a fait naître ce projet. Visionnaire déterminé, il est parvenu à réunir une équipe variée, avec des tempéraments en cohérence, une équipe qui s’engage à poursuivre le travail qu’il a initié, a tenu à préciser le Dr Bihya.

Façade MSP Merville

Cette équipe est déjà constituée de 18 professionnels libéraux : 2 médecins, 7 infirmiers, 2 masseurs-kinésithérapeutes, 2 ostéopathes, 1 sage-femme, 1 pédicure-podologue, 1 sophrologue, 1 sexothérapeute, 1 orthophoniste. Elle sera prochainement renforcée au niveau médical par l’arrivée en mars prochain, d’un nouveau médecin généraliste : le Dr Inès Ducrocq. L’installation prochaine d’un autre médecin est actuellement en discussion. En effet, Merville souffre cruellement d’une problématique de désertification médicale. Ses caractéristiques socio-démographiques sont dégradées et sa population peu mobile. La MSP représente donc un véritable enjeu d’attractivité médicale.

Par ailleurs, l’équipe a vu son projet de santé validé par l’ARS en juillet 2017 et a constitué sa SISA cette année. Avec ce nouveau bâtiment créé sur mesure, les professionnels ont maintenant toutes les cartes en main pour déployer leurs projets. L’engagement dans l’ACI devrait se concrétiser l’année prochaine.

Un bâtiment flambant neuf pour Hucqueliers

A Hucqueliers quelques jours plus tard, c’est l’achèvement de 16 mois de travaux qui a été célébré en présence notamment du préfet du Pas-de-Calais et du Président de Région. C’est un bâtiment de pas moins de 900m2 qui est sorti de terre. Celui-ci accueille déjà une belle équipe de 14 professionnels de santé, dans un territoire identifié comme prioritaire (ZAC) par l’Agence Régionale de Santé.

Quatre cabinets sont pour le moment vacants, l’équipe cherche activement à accueillir des médecins généralistes. Un appartement est également aménagé, permettant d’accueillir des stagiaires ou des remplaçants.

La Fédération souhaite une excellente installation à ces deux équipes !

MSP Lestrem

Inauguration de la Maison de Santé de Lestrem

25 septembre 2019 Maisons de santé

Encore une ! Une exclamation qui ne vient pas ici exprimer l’agacement mais au contraire l’admiration à l’occasion de l’inauguration de la Maison de Santé de Lestrem, ce Mardi 24 septembre. En effet, l’équipe menée par le Dr Julien Caron est à l’origine de la 6e Maison de Santé Pluriprofessionnelle du territoire de la Communauté de communes Flandre Lys.

Avec le soutien de la Ville de Lestrem, de la Communauté de Communes et de l’Agence Régionale de Santé, l’équipe formée en 2015 dispose désormais d’un bâtiment neuf et accueillant pour recevoir ses patients et mener à bien les nombreux projets qu’elle compte déployer. Téléconsultations, prévention, consultations avancées sont autant de leviers de mobilisation sur lesquels le Dr Caron et ses collègues comptent s’appuyer tout en poursuivant leur ancrage au sein de la CPTS Flandre Lys, 1re CPTS du territoire des Hauts-de-France.

L’inauguration d’un bâtiment est bien sur un achèvement, a tenu à rappeler Mr Nicolas Brulé, Directeur Territorial du Pas-de-Calais au sein de l’ARS Hauts-de-France et représentant du Directeur Général ce jour, mais une MSP c’est avant tout un projet porté par des professionnels de santé, une équipe pluriprofessionnelle qui travaille en coordination. On ne le dit jamais suffisamment, c’est l’équipe qui vient avant les murs, c’est un raisonnement que les élus du territoire Flandre Lys ont parfaitement compris a d’ailleurs précisé Mr le Maire.

Et c’est bel et bien le cheminement qu’a tracé l’équipe de Lestrem depuis 2014, date de création de leur association. S’en est suivie l’écriture de leur projet de santé, sa présentation à l’ARS, le montage de leur SISA… jusqu’à cette inauguration et à l’ouverture du bâtiment en 2019 ! Une patience et des efforts qui payent avec cette très belle réalisation (voir plus bas). La FEMAS Hauts-de-France se joint aux vœux de Mr le Préfet du Pas-de-Calais qui a clôturé cette matinée en souhaitant une (très) « longue vie à cette maison de santé » !

Pour en savoir plus sur les équipes et les projets en Flandre Lys, rendez-vous sur le site de l’APSFL !

article 51

Expérimentations PEPS et IPEP – Publication des cahiers des charges et appel à candidatures

11 juillet 2019 Maisons de santé

Les cahiers des charges des expérimentations PEPS et IPEP ont été publiés au Journal Officiel du 3 juillet 2019. Ces deux expérimentations  s’inscrivent dans le cadre du dispositif des expérimentations innovantes en santé, issues de l’article 51 de la LFSS 2018. Des appels à manifestation d’intérêt avaient été lancés en mai 2018 afin de trouver des volontaires pour participer à l’élaboration de ces cahiers des charges. Retrouvez-ci-dessous quelques points à retenir ainsi que les modalités de candidature.

MSP Kruysbellaert

Inauguration de la MSP Kruysbellart à Petite-Synthe

20 décembre 2018 Maisons de santé

Que d’inaugurations ces derniers temps ! Le 14 décembre 2018, la FEMAS Hauts-de-France a assisté à l’inauguration de la MSP Henri Kruysbellaert  à Petite-Synthe.

Read more

Inauguration MSP Watten

Inauguration de la Maison de Santé de Watten

19 décembre 2018 Maisons de santé

Samedi 15 décembre, la FEMAS Hauts-de-France s’est rendue à l’inauguration de la MSP de Watten !

Read more

couverture cahier ffmps concours médical

Le concours médical : La FEMAS Hauts-de-France à l’honneur dans le 1er “Cahier de la FFMPS”

29 novembre 2018 Maisons de santé

Vous l’avez certainement appris, la revue des équipes de soins primaires « ésop » n’est plus éditée depuis quelques mois. Mais nous ne serons pas restés orphelins d’informations bien longtemps !

Read more

couverture femas hdf

Communiqué de la FEMAS Hauts-de-France

21 novembre 2018 Maisons de santé, Recherche

Depuis 2011, la FEMAS Hauts-de-France accompagne et représente les professionnels exerçant en MSP, et plus largement en structures d’exercice coordonné.

Read more

msp sin le noble

Inauguration de la MSP Avenir Santé + de Sin-le-Noble

10 octobre 2018 Maisons de santé

Jeudi 27 septembre 2018, la FEMAS Hauts-de-France était à l’inauguration de la Maison de Santé Avenir santé + à Sin le Noble. De nombreux acteurs du territoire et partenaires étaient présents à cette soirée inaugurale.

Read more

inauguration laventie

Inauguration de la Maison médicale de l’Alloeu à Laventie

27 septembre 2018 Maisons de santé

Jeudi 20 septembre, la FEMAS Hauts-de-France était à l’inauguration de la Maison de Santé Pluriprofessionnelle de l’Alloeu, à Laventie. Une inauguration qui a attiré du monde !

Read more

Concours THIPS eurasanté

Trophées Hauts-de-France pour l’innovation des professionnels de santé

3 mai 2018 Maisons de santé

Le concours des professionnels de santé devient pour sa 6e édition le “THIPS”, le Trophée des Hauts-de-France pour l’Innovation des Professionnels de Santé.

Read more

L'édito du président octobre 2016

L’édito du président de la FEMASNORD – Décembre 2017

14 décembre 2017 Maisons de santé

La réorganisation des soins de premier recours, sous forme d’équipes de soins primaires et plus particulièrement de maisons de santé ou de CPTS (Communautés Professionnelles Territoriales de Santé), vise notamment à : 

Read more

Inauguration de la maison de santé de Marly

Maison de santé de Marly, l’équipe s’agrandit et améliore la coordination avec l’hôpital

23 novembre 2017 Maisons de santé

Jeudi 16 novembre 2017, la maison de santé de Marly a inauguré ses nouveaux locaux. Cet événement fut également l’occasion de signer une convention partenariale avec le Centre Hospitalier de Valenciennes. 

Read more

Où trouver une maison des aidants en Hauts-de-France

Maison des Aidants : répit et soutien pour les aidants familiaux

25 octobre 2017 Maisons de santé

Initiée par le Plan Alzheimer 2008-2012, la maison des aidants est une plateforme d’accompagnement et de répit pour les aidants familiaux. Plusieurs structures ont émergé dans les Hauts-de-France. 

Read more

La maison de santé de Sin-le-Noble

La future maison de santé de l’éco-quartier du Raquet, à Sin-Le-Noble

9 mai 2017 Maisons de santé

Les professionnels de santé de la maison de santé de Sin-Le-Noble déménage en fin d’année 2017 ! 

Read more

Les maisons de santé en Hauts-de-France

Les maisons de santé en Nord-Pas-de-Calais, combien sommes-nous ?

31 janvier 2017 Maisons de santé

Voici un état des lieux des maisons et pôles de santé en région, en janvier 2017. 

Read more

Santé Publique France

Grippe et Bronchiolite : point de situation à la mi-décembre 2016

20 décembre 2016 Maisons de santé

Voici les bulletins hebdomadaires Grippe et Bronchiolite par Santé Publique France. 

Read more

La FEMASNORD est sur les réseaux sociaux !

La FEMASNORD met à disposition de ses adhérents une boîte à outils

16 novembre 2016 Maisons de santé

Vous avez adhéré à la FEMASNORD ? Alors n’hésitez pas à vous rendre sur l’onglet “Boîte à outils”

Read more

L'appel des 100 000 contre le tabac

Appel des 100 000 : les professionnels de santé contre le tabac

20 octobre 2016 Maisons de santé

Signez l’Appel des 100 000, lancé par Alliance contre le tabac ! 

Read more