Rencontre avec le Dr Olivier Isaert – MSP MarlyTemps de lecture : 5 min

Médecin généraliste depuis maintenant 10 ans et exerçant au sein de la MSP à Marly (59), le Dr Isaert a eu l’opportunité pendant son cursus universitaire de réaliser des stages ambulatoires variés, à la fois en cabinet isolé et en cabinet de groupe, notamment à la Maison de la Bergerie à Steenvoorde, qui lui ont donné envie de travailler au sein de maisons de santé pluriprofessionnelles.

Le Dr Isaert revient aujourd’hui sur son parcours et le chemin qui l’a mené à créer, avec d’autres professionnels de santé, la Maison de Santé à Marly.

■ Pourriez-vous nous parler de votre parcours ?

Je suis diplômé d’un Diplôme d’Etudes Spécialisées (D.E.S.) en Médecine générale et pendant mon cursus universitaire, j’ai eu l’opportunité de réaliser des stages ambulatoires variés, à la fois en cabinet isolé et en cabinet de groupe avant de passer ma thèse en 2011.

J’ai découvert le projet de maison de santé quand j’étais encore interne. Mon professeur de thèse m’avait parlé d’un projet de santé pluriprofessionnel avec des jeunes professionnels qui n’étaient pas encore installés. 

Nous avons commencé par nous former en équipe sur l’Education thérapeutique du patient (ETP)qui a pour but d’aider les patients à mieux gérer leur quotidien avec une maladie chronique – puis sur le pluriprofessionnel sous forme de jeux de rôles. Ce fût une formation très intéressante qui m’a également donné envie de trouver un projet comparable. 

Puis pendant 3 ans, j’ai réalisé des remplacements, notamment à la Maison de la Bergerie située à Steenvoorde (59), ce qui m’a permis de goûter au travail pluriprofessionnel en cabinet de groupe sur la thématique de l’éducation thérapeutique (ETP).

■ Quelles ont été les motivations qui vous ont poussées à créer une maison de santé pluriprofessionnelle (MSP) ? Depuis combien de temps êtes-vous installé ?

Avec d’autres professionnels de santé, nous avions un projet de mur de maison de santé qui a abouti en 2014. Au début, nous avons rencontré pas mal de galères mais on a réussi à les surmonter. Au sein de cette première structure, nous avons mis en place de l’ETP et ensuite nous avons créé un projet d’équipe. Nous avons réhabilité une résidence principale où tout le monde a été porteur du projet. 

Depuis 2017, notre équipe se compose de cinq médecins dont un chef de clinique en médecine générale, deux ortophonistes, un podologue, une IDE ASALEE (en charge de la santé publique), trois infirmières libérales, une femme de ménage et de deux secrétaires.

Inauguration de la maison de santé de Marly

■ Quelles sont les grandes priorités de votre projet de santé ? Les protocoles au sein de votre MSP ? Les caractéristiques de votre territoire ? De la patientèle de votre MSP ? 

Nos thématiques prioritaires du projet de santé : l’obésité, le diabète (facteurs de risques pour les maladies cardiovasculaires) et les personnes âgées en perte d’autonomie.

Nous avons aussi souhaité évoluer sur un autre axe par rapport aux données que nous avons analysées sur le territoire : la prévention des grossesses non désirées (IVG, parentalité…).

■ Quelles ont été les principales difficultés que vous avez pu rencontrer en tant que professionnel de santé concernant votre installation, votre exercice quotidien ou autre ?

Le plus compliqué à gérer, ce sont les mouvements dans l‘équipe. Les changements apportent un déséquilibre qu’il faut savoir rééquilibrer.

Une équipe, c’est une roue qu’il faut tout le temps entraîner, avec une histoire d’inertie. Il faut toujours lui apporter de l’énergie et de l’investissement de la part de tous. Ce qui est essentiel dans une équipe, c’est aussi de connaître les personnalités de chacun pour réussir à répartir les rôles et ainsi donner de la dynamique participative. Si chacun se sent acteur, cela permet de guider le travail dans le bon sens.

■ Quels sont les partenaires extérieurs qui vous ont aidé dans la réalisation de votre projet ? 

Nous avons plusieurs partenaires qui nous ont accompagnés depuis le début du projet et d’autres qui nous ont rejoint en cours de route : l’URPS médecins libéraux Hauts-de-France (2010/2012), la FEMAS Hauts-de-France, la faculté de sport de Valenciennes, ASALEE.

■ Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans l’exercice en MSP/ plaît le moins? 

Ce qui me plaît le plus, c’est de pouvoir échanger avec d’autres professionnels de santé, c’est pour moi l’une des meilleures protections contre le burn out. 

L’exercice en MSP me permet de trouver un juste équilibre entre ma vie personnelle et professionnelle et notamment pour la qualité des soins, sans en faire porter un lourd préjudice aux patients, car il y a toujours un médecin disponible.  Ce qui me plaît également, c’est de pouvoir mener des projets en équipe

Pour exemple, au sein de notre Maison de santé,  nous avons un grand terrain qui était jusqu’alors, inutilisé. Nous avons décidé de l’aménager et de créer des “Jardins de santé” le mercredi après-midi. 

Ces “Jardins de santé” sont destinés à tous et sont encadrés par les professionnels de santé. Cela permet de pouvoir échanger avec les patients sur les vertus des plantes médicinales, l’alimentation… Ce projet peut vivre grâce à la mobilisation de tous : patients, familles, professionnels de santé… En raison de la COVID-19, beaucoup de nos projets sont tombés à l’eau, mais ce projet a l’avantage d’être réalisé en extérieur, tout en restant dans le respect des règles sanitaires.

■ Conseilleriez-vous l’exercice regroupé aux jeunes professionnels qui souhaitent s’installer ? 

Oui je le recommande. Mais avant de se lancer, il est important d’avoir envie d’échanger, de mener des projets et de travailler en équipe

Pour ma part, je suis épanouie comme ça. Je trouve qu’on est plus productif ! Mais l’exercice regroupé peut ne pas convenir à tout le monde. Il faut savoir faire des compromis, et le travail en équipe demande du temps et de l’investissement.

■ Est-ce que vous avez des difficultés à trouver des remplaçants ? 

La MSP est un lieu qui accueille de nombreux jeunes professionnels de santé en formation qui viennent goûter à l’exercice pluripro et dynamiser l’équipe. Nous avons la chance de ne pas avoir de soucis pour trouver des remplaçants, ils se battent presque pour venir ! Ils ont tous du plaisir à revenir chez nous et nous aussi. 

Pour celles et ceux qui le souhaitent, ils ont l’opportunité de travailler avec d’autres professionnels de santé (hors période avec le maître de stage).

■ Un mot pour les jeunes qui cherchent à s’installer ? 

Si on a réussi, c’est parce qu’”On ne savait pas que c’était impossible, alors on l’a fait.” – Mark Twain

Il faut rester motivé et y croire, c’est le meilleur conseil que je peux donner !

Nos derniers articles

Naviguer

Suivez nous sur les réseaux sociaux !