Le vendredi 13 octobre 2017, le Premier Ministre, Edouard Philippe, et la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, ont inauguré la Maison de Santé de Châlus (Haute-Vienne). C’est auprès de cette nouvelle équipe que le Plan du gouvernement pour l’égal accès aux soins dans les territoires a été présenté. 

Fondé autour de 4 axes, que retenir de ce plan ?

La coopération entre professionnels de santé

 

  • Doubler le nombre de maisons de santé

Comme annoncé lors de la campagne présidentielle, le gouvernement a pour ambition de doubler le nombre de maisons de santé. Ainsi, 400 millions d’euros seront alloués à ces projets, sur 5 ans.
De plus, l’objectif est également d’augmenter le nombre de maisons de santé ayant les Nouveaux Modes de Rémunération.

C’est le projet qui fait la maison de santé et pas la maison qui fait le projet !

  • Pérenniser le dispositif ASALEE

Lancé en 2004 par l’association ASALEE (pour Action de Santé Libérale En Equipe), le protocole du même nom vise à organiser une coopération entre médecins généralistes et infirmiers pour favoriser la prise en charge des maladies chroniques.

  • Développer les pratiques avancées

Le gouvernement souhaite permettre aux professionnels de santé d’exercer au delà de leur champ d’exercice. Pour cela, les formations seront notamment développées.

  • Favoriser les consultations avancées

Les consultations détachées, par des professionnels de santé hospitaliers ou non hospitaliers, notamment en maison de santé, une à deux journées par semaine, seront encouragées.

L’innovation pour l’égal accès aux soins

 

  • Accélérer l’essor de la télémédecine

Le gouvernement souhaite sortir des expérimentations et donner les moyens aux professionnels de santé de développer la télémédecine. Pour cela, des négociations entre les syndicats et l’Assurance Maladie sont annoncées début 2018, qui fixeront les tarifs liés aux activités de télémédecine. De plus, les obstacles liés à la connexion internet seront levés.
Enfin, les EHPAD devront disposer du matériel adéquat d’ici 2020 pour faciliter les consultations à distance.

  • Permettre les exercices partagés entre l’hôpital et l’ambulatoire

Le Premier ministre a annoncé la volonté de créer 300 postes de médecins partagés entre l’hôpital et la ville. Ces contrats seront proposés par les ARS aux jeunes diplômés dès 2018.

L’incitation pour favoriser l’installation

 

  • Simplifier les démarches administratives

Un guichet unique à destination des professionnels de santé sera créé, permettant de passer moins de temps dans les démarches administratives, liées à l’installation notamment.
La charge administrative quotidienne des professionnels de santé doit être allégée. Un comité de travail a été constitué dans cette optique.

  • Développer les incitations financières 

200 millions d’euros seront consacrés à des aides conventionnelles afin d’aider l’installation des médecins dans les zones sous dotées.

  • Inciter le cumul emploi-retraite des médecins libéraux

Le gouvernement souhaite assouplir les conditions financières permettant le cumul entre pension de retraite et revenus d’activité des médecins, dans les zones sous dotées.

  • Développer les lieux de stages

En dehors de l’hôpital, 500 lieux de stage seront développés notamment grâce à des incitations financières pour les formateurs et les étudiants.

L’autonomie des acteurs locaux pour l’égal accès aux soins

 

Le Premier Ministre a soulevé que ce plan “doit s’adapter aux spécificités géographiques, démographiques et de santé de chaque région, chaque localité”.
Les acteurs de terrain sont encouragés à faire remonter les besoins et difficultés liés à ce plan d’égal accès aux soins.
Les ARS bénéficieront de 10 millions d’euros supplémentaires pour la mise en oeuvre de ce plan.

La mobilisation des acteurs locaux est la priorité n°1 pour la réussite de ce plan !


Pour écouter le discours du Premier Ministre, rendez-vous sur le site de la FNAMPOS qui a assisté à l’annonce du plan pour l’égal accès aux soins !